5m97, prendre de la hauteur!

Il est là, fasse au mur, ou plutôt à cette barre … Il s’élance, pour sa dernière chance, et passe, avec une facilité déconcertante, les 5 mètres 97 qui le séparent de la médaille d’or. C’est ce qu’on a pu vivre, vendredi soir à 22h à Londres.

Mais aujourd’hui, c’est avec une dose d’incompréhension que je découvre un article de Sophie de Menthon sur le site Atlantico. Bon, le site en lui même pose les balises du contenu que l’on pourra y trouver. Mais allons lire ce fameux article, qui vaudra à cette membre du CESE un beau « elle part en couille » de la part d’Humour de Droite. Elle nous présente, en 5, 6 arguments, en quoi les JO seraient de droite. Alors, Renaud Lavillenie, franchissant ces 5 mètres 97, devient-il le nouveau symbole de la droite ? Pour Sophie de Menthon, cela ne fait aucun doute, comprenez, il chante la marseillaise, il reste humble, il a le goût de l’effort et de l’abnégation, il se dépasse et ne compte pas ses heures de travail, et quand il échoue, il ne se justifie que par son manque de travail … Ca en fait une belle série de valeurs … de droite ?

Ne laissons pas croire à cette dame que l’effort et l’abnégation seraient de droite, quand la fainéantise serait de gauche. Vous comprenez, quand on propose de réduire la durée du temps de travail ce n’est que pour travailler moins, et pas pour le partager et permettre à tous de travailler …

Ce que j’ai vu dans ces jeux est tout autre. J’ai vu du partage, du respect, de l’engagement. Du partage, entre tous ces spectateurs, ces millions de personnes à Londres, ou ces centaines de gens, rassemblés devant un écran géant, vibrant au rythme des compétitions, des matchs, des courses pour leurs athlètes. Du respect, quand le gagnant félicite les autres concurrents de leur résultat. De l’engagement, avec ces milliers de bénévoles, venus de plusieurs pays, pour permettre la réussite de ces jeux.

Dans la volonté de vouloir politiser un événement comme les Jeux Olympique, en ne regardant que ce qui nous arrange n’a pas de sens. A ce jeu là, je ne garantirais pas à Sophie de Menthon qu’elle gagnerait. Parce que les Jeux sont pleins de symboles, on l’a encore vu cette année avec une joueuse intersectée qui court avec les femmes, avec ces représentants de pays non reconnus qui courent sous drapeau du CIO, avec cet athlète, handicapé, qui court avec les valides. Je noterai juste, que dans son article, elle choisi l’image de Renaud Lavillenie avec une vidéo Eurosport. Il est vrai que pour la droite, le service public …