Gay Games, Paris en lice pour 2018

A quelques heures de la décision finale du comité, je tenais à écrire ce billet pour soutenir la candidature de Paris à l’organisation des Gay Games de 2018.

Paris, cette ville de l’amour et de la liberté, cette ville belle et rebelle, en perpétuel mouvement pourrait alors devenir la capitale mondiale de la tolérance et du fairplay. Ce n’est pas faire preuve de communautarisme que de soutenir une telle candidature, parce que les Gay Games sont justement à l’opposé de tout sectarisme. Ouverts à toutes et à tous, quelques soient son orientation sexuelle, son genre, sa religion, les Gay Games sont avant tout la rencontre des sports avec comme letmotives la tolérance et le respect.

Cet événement sera une nouvelle fois l’occasion de rappeler que dans le sport, l’homophobie et toutes les LGBTphobies sont encore trop présentes. Créés en 1982 à San Fransisco, l’Europe n’a accueilli qu’une seule fois les Gay Games, c’était à Amsterdam en 1998. 20 ans plus tard, alors que de plus en plus de pays s’engagent davantage vers l’égalité entre homos et hétéros, avec le mariage et l’adoption ouverts aux couples de même sexe, ce symbole à Paris serait un nouveau pas de plus vers l’égalité, dans le pays des Droits de l’Homme.

En concurrence face à Londres (oui, encore) ou Limerick (Irelande), Paris connaîtra la décision venue de Cleveland à 23h, heure de Paris. En attendant, on ne peut que se réjouir du soutien à cette candidature du Premier ministre de la ville de Paris et de la région Ile de France.