Homophobie, on n’en a pas encore fini

Je pensais, peut-être naïvement, que le premier levier pour lutter contre l’homophobie c’était l’égalité des droits : donner les mêmes droits à tout le monde, sans discrimination en fonction de leur orientation sexuelle. Bon en plus comme cela, on se rapprocherait davantage des idéaux de la France, des Droits de l’Homme. Si l’âme de la France c’est l’égalité – et je ne démords pas à l’idée que cette phrase est la plus juste entendue durant la campagne – force est de constater que l’âme de la France est bien divisée.

Que certains manifestent contre le mariage, avec leurs idées reçues, je le conçois. Ils se sont fait complètement manipuler avec ces histoires de Parent 1 et parent 2, ou de GPA. On aura tout de même entendu, dans les cortèges, que la GPA permettrait aux homos de faire leurs propres bébés pour les violer directement. Bravo Barjot !

Finalement, des semaines après le vote de la loi, sa promulgation et les premiers mariages entre deux personnes de même sexe, on constate que ceux qui ne voulaient rien lâcher, ne lâchent vraiment rien et continuent de polluer la République et ses valeurs. Que les Hommens se prennent en photo sur la plage, torse nu, dans des positions érotiques, cela les regarde, et nous amuse. Mais que Twitter devienne le sanctuaire de l’homophobie, de la haine, cela en est trop.

L’homophobie n’est pas un avis, c’est un délit !

Alors que l’homophobie tue, qu’un jeune homo a 13 fois plus de risque de se suicider qu’un jeune hétéro, victime de la discrimination, des préjugés, dès la cours de récré, aujourd’hui, les réseaux sociaux se font le canal de diffusion massive de la haine. Dans un contexte de lutte contre la haine dans le monde entier, et surtout en Russie en ce moment, combien de temps faudra-t-il attendre pour que l’homophobie soit réellement sanctionnée ? Que Twitter accepte de livrer à la police et la justice l’identité de ces homophobes qui appellent aujourd’hui à la disparition des homos, qui génèrent des propos de haine, appelant au triangle rose et à la déportation !